Jardin botanique de Meise

D’autres lieux…

L’Éden pour tous

le Jardin botanique a, à vrai dire, une triple mission : la recherche scientifique, la conservation des espèces végétales et le partage des connaissances par la sensibilisation des visiteurs à l’importance des plantes : « Explorer, étudier et décrire le monde végétal, le préserver et le faire connaître pour construire ensemble un avenir durable. » Chaque saison est abordée dans des coins du domaine, les promenades font découvrir la beauté époustouflante des fleurs, la majesté d’arbres, des sites bucoliques, des œuvres d’art répartis harmonieusement… De plus, des cours, exposés, ateliers sont organisés puisque, dit-on sur place, « les plantes stimulent l’esprit ».

On peut donc y admirer des plantes sauvages, des exotiques de plein air, des plantes carnivores, des massifs d’arbres et d’arbustes, des chênes des quatre coins de la planète, des bambous, magnolias, une forêt d’Extrême-Orient, une Forêt tropicale, des nénuphars géants dont le diamètre peut atteindre deux mètres et supporter quarante kilos, des plantes du désert, de la mousson et des savanes et, le clou de ce spectacle féerique est la vision d’un arum géant qui, lors de sa floraison très éphémère, c’est-à-dire à peine 72 heures, dégagea une odeur particulièrement désagréable, ce qui lui permet d’attirer des insectes pollinisateurs. Ce phénomène extraordinaire ne se reproduit que tous les sept à dix ans.

La visite comporte, aussi, l’herbier, une ferme traditionnelle, un château entouré de douves dont certaines parties datent du XIIe siècle, une métairie, le palais des plantes, une serre historique, une orangerie, une prairie à orchidées, des plantes médicinales, une forêt d’Amérique du Nord, des plantes méditerranéennes, un séquoia géant, des cyprès chauves, tulipier, érable à sucre, des plantes préhistoriques, un pavillon des abeilles, des camélias et pivoines, des roses sauvages, des lotus sacrés qui, lorsqu’il pleut, les gouttes rebondissent sur les feuilles et emportent les éventuelles saletés et, par ci par là, une œuvre d’art.

Les collections vivantes

Treize sections classifient les plantes vivantes à Meise, certaines étant de véritables « attractions », telles les carnivores !

Les plantes à fleurs, principalement vivaces, aux couleurs chatoyantes : Herbetum et Jardin de l’Orangerie.

  • Les arbustes et les arbres sont des milliers dans tout le domaine.
  • Les plantes carnivores tropicales qui guettent leurs proies se voient dans des serres du Palais des Plantes.
  • Les résineux, de l’épicéa au séquoia géant, se découvrent au Coniferetum.
  • Les exotiques de plein air : bananiers, palmiers … se situent près de la terrasse et de la taverne de l’Orangerie.
  • Les rhododendrons multicolores au Bois portant leur nom générique et dans le Fruitcetum.
  • Les chênes viennent des quatre coins du monde et c’est l’occasion de rappeler sa haute valeur symbolique : force et générosité.
  • Les succulentes, c’est-à-dire des cactus, agaves, plantes cailloux… sont à l’abri dans la serre des Déserts au Palais des Plantes.
  • Les plantes sauvages relèvent des lieux-dits « Meise sauvage » et à la prairie aux orchidées.
  • Les bambous se voient en lisière du Fruticetum.
  • Les magnolias qui illuminent la Nature au printemps sont regroupés près du Palais des Plantes, dans le Fruticetum…
  • Les érables, arbre automnal par excellence avec ses couleurs splendides. À Meise, il y a également l’érable à sucre, des érables chinois assez méconnus, des érables nains japonais…
  • • Les roses se rencontrent en maints endroits du Jardin dans une diversité assez impressionnante, jusqu’à leurs ancêtres « sauvages ».
A voir aussi
No items found

Coup de coeur curiofamily.net

Retour haut de page

bling
it up