Retour haut de page

Le Coin du Balai : Un cadeau impérial

Mais Boitsfort, c’est également le très typé quartier «Coin du Balai» qui se situe en bordure de la forêt de Soignes, le poumon de Bruxelles, et qui est fort apprécié pour sa quiétude. Village dans la ville, il a aussi un passé historico-légendaire qui en fait un endroit particulier du pays.

Effectivement, Charles Quint, se promenant dans la forêt (il y chassait et se retirait pour prier, plus particulièrement à l’abbaye de Groenendael), s’était quelque peu égaré et avait faim. Il fut accueilli par Hallé, bûcheron du coin, qui lui donna à boire et à manger. En remerciement, l’empereur autorisa de manière officielle Hallé et ses descendants à s’approvisionner en bois dans la forêt, ce qui, visiblement, leur était interdit. Ce privilège — étendu aux habitants du lieu — perdura de nombreux siècles.

Par la suite, au temps où le quartier était devenu le repaire de voyous, on y fabriqua des balais (pour les sorcières ardennaises?) de manière artisanale, d’où l’appellation «Coin du Balai».

bling
it up

Boitsfort, c’est la commune où habitait Hergé, le père de Tintin, au 17 avenue Delleur. C’est aussi le Pont du Dries que l’on retrouve dans l’île Noire. C’est encore La Fontaine aux oiseaux, une sculpture de Jean-Michel Folon, Les Soucis domestiques de Rik Wouters, autre sculpture célèbre, présentée sur l’Acropole à Athènes lors d’une exposition sur l’Art moderne, en 1965.

Boitsfort, c’est aussi se retrouver en plein cœur de l’immense forêt millénaire de Soignes, considérée comme le poumon vert de la capitale de l’Europe. Forêt de quelque 5 000 hectares, classée parmi le patrimoine mondial de l’UNESCO et surnommée la « hêtraie cathédrale ».