Le château de Corroy-le-Château

D’autres lieux…

Une forteresse unique en Europe

En arrivant au château de Corroy-le-Château, situé à une lieue de Gembloux, on remarque quelques chênes près de son entrée. Arbres chers aux Celtes et considérés comme le lien entre la terre et le cosmos. Le lien avec le château se fait parce que, après sa destination militaire, il est devenu une agréable demeure. Nous sommes donc passés d’un état de violence potentielle à celui d’une paix relative, donc des énergies positives. À Corroy-le-Château, il s’agit d’une forteresse médiévale érigée au XIIIe siècle et qui est considérée parmi les mieux conservées d’Europe. C’est un véritable géant de pierre et, comme me l’a spécifié le marquis de Trazegnies qui couve littéralement ce lieu historique, il s’agit d’un livre de pierres. Une première particularité réside dans l’exceptionnelle conservation de son « avant-porte » et pour les adeptes de chevauchées fantastiques et d’intrigues chevaleresques, Corroy-le-Château les ravira avec ses meurtrières, barbacanes, créneaux, courtines, passage secret et autres assommoirs… Pour ces derniers, il s’agissait de trappes placées au-dessus d’un couloir étroit et qui permettait aux défenseurs de laisser tomber de lourds projectiles sur les assaillants.

Une agréable demeure

Dans cette construction gigantesque, on trouve un remarquable vestibule néogothique, une somptueuse chapelle du XIIIe siècle considérée comme le plus ancien oratoire privé de Belgique, de grandes salles, des cheminées imposantes, des salons en enfilade, un fumoir, une bibliothèque, une salle de concert… J’y ai récolté une anecdote : au départ de l’escalier principal, il existe une tête de dragon, tête sculptée dans du chêne et le visage d’une femme qui le surplombe. Le dragon a deux significations essentielles. La première est celle d’un gardien sévère et la deuxième est considérée comme un symbole du Mal et des tendances démoniaques. Selon la légende, certaines personnes grattent la tête du dragon et caressent une joue de la femme. Cette manière d’agir est, peut-être, une façon d’exorciser le démon qui se cache sous les traits de celui qui est considéré comme un monstre par maintes traditions.

« La visite est guidée et inclut : une description de l’architecture médiévale de la forteresse, un exposé historique détaillé et une visite intérieure comprenant : le grand vestibule néogothique de 1863, la chapelle Notre-Dame du XIIIe siècle, la salle à manger de marbre de 1848, les vitrines de l’ancien office, le salon aux toiles peintes, le grand salon, le petit vestibule, les deux ‘‘salons polonais’’, le fumoir, le vestibule du XVIIIe siècle, la petite salle à manger, le vestibule au rempart et la salle romane du XIIIe siècle. »

A voir aussi
No items found

Coup de coeur

Retour haut de page

bling
it up