Les ruines de la forteresse de Montaigle (Falaën)

D’autres lieux…

L’attrait des célèbres ruines de Montaigle réside dans le fait que ce sont les vestiges d’une fortification gallo-romaine et d’une forteresse qui fit dire à Victor Hugo, qui les visitait en 1863 : « Pareilles ruines sont admirables et son puits est extraordinaire, je l’ai même entendu rire. » Et on y conte une légende, celle de Midone.

Une fille maudite

Au début du XIIIe siècle, la famille du seigneur de Berlaymont prend possession du site. Un jour qu’il rentre chez lui, Gilles, le fils du châtelain rencontre Midone, une splendide jeune fille aux longs cheveux blonds. Leurs yeux se croisent et c’est aussitôt le coup de foudre. Midone, c’est la fille du seigneur de Bioul, mais une haine implacable sépare les deux familles. Néanmoins, le dialogue s’instaure entre les deux jeunes, mais Midone reconnaît la situation difficile : « Votre père est brave et fait régner la justice, hélas, le mien est haï par tout le monde tant il est méchant et injuste. »

Profitant d’un rare moment où son père paraît être d’humeur moins massacrante que d’ordinaire, Midone tente de lui parler de son bien-aimé. La réponse fuse, cinglante : « Fille maudite ! Indigne de mon nom. Je te chasse à tout jamais de ma demeure. » C’est, bien entendu, au château de Montaigle que Midone se réfugie et convole en justes noces avec Gilles quelques jours plus tard. Aveuglé par la rage à l’annonce du mariage de sa fille avec un Berlaymont, le sire de Bioul profère de sérieuses menaces : « Ma vengeance sera terrifiante et sans pitié. Je les tuerai tous sans exception et je détruirai leur château ! »

Averti par le moine-chapelain, le seigneur de Berlaymont demande à son fils de réunir les soldats et de se rendre dans la plaine pour arrêter leurs adversaires. Au moment du départ, Midone supplie Gilles d’épargner son père : « Je vous le promets, sauf si j’y suis forcé », lui répondit-il. Le choc est impitoyable et, fidèle à sa promesse, Gilles évite de rencontrer son beau-père. Malheureusement, le face à face s’approche et Midone voit le drame se préparer. Elle arrive au champ de bataille pour arrêter le massacre et, à la vue de sa fille, le sire de Bioul n’hésite pas un instant : il la tue d’un coup de massue dans la nuque. Révoltés par ce geste crapuleux, les soldats des deux camps baissent leurs armes. C’est alors que Gilles s’avance vers le sire de Bioul et après un rapide duel le décapite d’un coup d’épée vengeur.

Quelque temps plus tard, Gilles de Berlaymont quitte le pays et part pour la croisade dont il ne revint jamais. Aujourd’hui encore, on entend parfois une plainte lugubre qui monte des ruines de Montaigle. C’est Midone qui pleure Gilles, dit-on.

A voir aussi
No items found

Coup de coeur curiofamily.net

Retour haut de page

bling
it up