L’hémicycles à colonnades du Cinquantenaire

D’autres lieux…

Érigé à l’instigation du roi Léopold II à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de la Belgique, si Émile Vandervelde, éminent homme politique, évoqua en pleine Chambre parlementaire « les arcades des mains coupées » afin de dénoncer le financement des travaux par l’argent du caoutchouc congolais, les deux immenses hémicycles à colonnades recèlent quelques œuvres d’art qui méritent d’être présentées plus en détail.

Cette frise en mosaïque de 360 m² se développe sur le thème de « La Glorification de la Belgique pacifique et héroïque » et ce fut, en 1912, que le peintre Jean Delville imagina un décor de mosaïque et six peintres-décorateurs de la Société de l’Art monumental le réaliseront : outre Delville, il y eut Omer Alphonse Dierickx, Albert Ciamberlani, Émile Vloors, Constant Montald et Émile Fabry. Le tout fut achevé en 1932. Chaque artiste dessina six panneaux de trois mètres de hauteur, les règles de composition étant communes : même ligne d’horizon, même échelle et tonalités semblables. À l’hémicycle gauche, il s’agit de la Belgique pacifique : Vie matérielle, Vie intellectuelle et Vie morale. À celui de droite, la Belgique héroïque : Victoire, Hommage aux Héros et Guerre.

Quelques précisions : Émile Fabry (1865-1966), peintre symboliste, a été influencé par Michel-Ange, Ingres et Puvis de Chavannes (précurseur du symbolisme), collabora avec Victor Horta et Paul Hankar, architectes. Le sujet de ses tableaux était parfois tiré de la Fraternité Rose-Croix fondée au XVe siècle.

À Woluwe-Saint-Pierre, on peut admirer ses « Christ entre les larrons » et « Adam et Ève chassés du paradis terrestre » (1932) au premier étage de la maison communale, alors qu’à la rue du Collège Saint-Michel, dans cette même commune, on découvre au numéro 6 sa maison et son atelier empreints d’Art nouveau.

Constant Montald (1862-1944), peintre et sculpteur symboliste, proche des milieux ésotéristes, adepte d’un art allégorique prônant, entre autres, un socialisme humanitaire.

Jean Delville (1867-1953), franc-maçon initié à la Loge des Amis Philanthropes à l’Orient de Bruxelles en 1903, était également, selon Koregos, revue et encyclopédie multimédia des arts, théosophe, martiniste, rose-croix, adepte de la télépathie, de l’hypnotisme, du magnétisme…

A voir aussi
No items found

Coup de coeur curiofamily.net

Retour haut de page

bling
it up