Chapelle Notre Dame au Rempart (Charleroi)

D’autres lieux…

Une histoire aussi étrange que merveilleuse

Il faut tout d’abord préciser que la région était, entre autres, habitée par des cloutiers et des houilleurs et, eux aussi, au printemps 1682, se promenaient sur le rempart nord-ouest et découvrirent une niche naturelle formée dans un arbre contenant une statue de la Vierge. Les gens de l’époque se questionnèrent sur son origine, a fortiori quand ils virent que des plaques d’or y étaient fixées et qu’il était aussi question d’une cuirasse et d’un casque ! Beaucoup de spécialistes le pensèrent être en présence d’un symbolisme militaire, mais cela n’expliquait toujours pas la provenance de cette mystérieuse statue. D’aucuns disaient qu’elle venait de Frise, région des Pays-Bas et d’Allemagne sur la Mer du Nord, d’autres qu’elle était zélandaise, provenant de l’embouchure de l’Escaut et de la Meuse… Quoi qu’il en soit, il fut décidé de la mettre à l’abri plutôt que de la laisser dans le feuillage.

Enfermée à double tour dans la chapelle royale Saint-Louis, emplacement de l’actuelle église Saint-Christophe. Mais, le lendemain, le curé se rendit compte que la statue avait disparu ! On la retrouva de manière bien visible dans sa niche naturelle au rempart ! Du coup, une procession s’organisa pour la ramener à la chapelle et, cette fois-ci, on ferma tous les accès et on monta la garde. Pourtant on retrouva la statue dans l’arbre. L’évêché fut averti en plus des autorités civiles et militaires et tout ce monde ne put constater qu’une seule chose : l’image de Marie  demandait à rester à sa place.

Le 2 juillet 1682, on y inaugura à cet endroit des remparts une chapelle où on invoquait avec ferveur cette représentation mariale. On disait même que c’était la plus belle représentation de la Vierge de la région au point de lui construire cette chapelle afin de l’abriter des intempéries et convoitises diverses. Mais, la dévotion à cette statue était tellement grande, qu’un nouveau et plus vaste sanctuaire fut érigé en 1907, au boulevard Audent, devenu boulevard de l’Yser. Le 22 août 1914, le centre de Charleroi fut bombardé par les Allemands et la statue fut sauvée in extremis de l’incendie. Un vicaire la transporta à l’église Saint-Christophe (photos de statues ci-contre) d’où, au XVIIe siècle, elle s’était échappée à deux reprises ! Néanmoins, compte tenu des circonstances, elle n’en bougea pas jusqu’en janvier 1916, quand elle retrouva sa chapelle quelque peu restaurée malgré les difficultés de l’époque.

Après avoir reçu une relique de la part du pape Benoît XV sous la forme d’un fragment de la ceinture de la Vierge, le culte à Notre-Dame du Rempart à Charleroi, se poursuit au 42 boulevard de l’Yser à Charleroi. On y lit de multiples ex-voto : « Merci pour toutes les grâces obtenues »,  « Merci pour deux guérisons obtenues », « Opération réussie. Merci à ND », « Merci à ND pour faveur obtenue », « Procès gagné. Merci à ND », « Examen réussi. Merci »…

« Vierge ambulante »

C’était assez courant au Moyen Âge et même jusqu’au XIXe siècle, voire au début du XXe siècle, d’évoquer ces statues qui se déplaçaient toutes seules, celles de Tongres-Notre-Dame, de Walcourt, de Fumay dans les Ardennes françaises… À Nalinnes, à quelques kilomètres de Charleroi, il fut également question d’une Vierge baladeuse. Sur la route menant au moulin de Nalinnes, était érigée une chapelle qui abritait une statuette en buis dite Notre-Dame de la Douce Pensée. À la Révolution française, cette image de Marie disparut et fut retrouvée au village, dans la famille Lebeau, là où on l’implora quand la maîtresse de maison fut à l’article de la mort. Car, ô miracle, elle réapparut au chevet de la mourante. Certes, dit l’histoire, la malade ne fut pas guérie mais, en revanche, l’ancien pèlerinage ressuscita et on vénérait cette Madone pour être soulagé de maladies des yeux. La chapelle fut reconstruite en 1865, on l’appelle aussi la chapelle « Charles » ou « Tchaule ». Elle fut rebâtie dans les prés près d’une source dont on disait que l’eau avait des propriétés curatives. Mais, la statuette disparut à nouveau et fut remplacée par une copie en plâtre…

 

A voir aussi

Coup de coeur

Retour haut de page

bling
it up