Église Saint-Christophe (Charleroi)

D’autres lieux…

Il y a beaucoup de choses à dire à son sujet et il y a lieu de mettre le terme basilique entre guillemets. Tout d’abord, il se dit que c’est le bourgmestre libéral Joseph Tirou qui aurait lancé l’exclamation suivante lors de célébrations en mémoire de victimes du nazisme en 1944, je le cite : « Tournai a sa cathédrale, Mons a sa collégiale, Charleroi aura sa basilique ! » Ces propos seront d’ailleurs repris en 2008 par l’évêque de Tournai. Effectivement, sauf décision très récente qui m’aurait échappé, il s’agit de l’église Saint-Christophe qui, je cite encore l’évêque de Tournai est : « Une église que pratiquement tout le monde appelle « basilique » à juste titre, surtout qu’il y aurait même au plan du droit de l’Église, la possibilité de justifier ce titre. »

Cet édifice a une fameuse histoire et sort vraiment de l’ordinaire. À l’origine, c’était une chapelle dédiée à saint Louis sur ordre du roi Louis XIV, les Français occupant Charleroi à l’époque. Au XVIIIe siècle, l’édifice fut agrandi et dédié à saint Christophe, ce qui fut un juste retour des choses quand on sait qu’on vénérait saint Christophe le long de la Sambre. Pour rappel, le patron du passage des eaux aurait porté Jésus enfant sur ses épaules pour traverser un cours d’eau. Après de nombreuses transformations, l’église subit de profondes restaurations dans les années ‘50.

L’architecte lui donna une allure de basilique à l’ancienne avec un dôme, le sens d’orientation fut modifié, une mosaïque de 200m² prit place dans le nouveau chœur. Elle est composée de millions de petits blocs de verre colorés et on y trouve aussi de fines feuilles d’or. C’est la plus grande mosaïque du pays. Elle représente l’apocalypse selon saint Jean.

A voir aussi

Coup de coeur curiofamily.net

Retour haut de page

bling
it up