Le Château de Trois Fontaines

D’autres lieux…

Dirigeons nos pas vers le haut du site du Rouge-Cloître et rejoignons la Forêt de Soignes, côté chaussée de Wavre (n°2241) et le Château de Trois Fontaines. Du moins, ce qu’il en reste, c’est-à-dire un pavillon. Mais, comme il est indiqué sur place et avec l’aide d’un document dessiné qui y est affiché, et, également avec un brin d’inspiration, imaginons des douves, un mur d’enceinte, un pont-levis et un donjon qui formaient l’ensemble de cet abri forestier du XIVe siècle.

Cet endroit a servi de pavillon de chasse, la tour carrée du donjon était un abri contre les agresseurs, voire un logis, reconstruit en grande partie au XVIe siècle, ses caves servant de geôles pour les braconniers et les voleurs de bois (sauf les habitants du Coin du Balai à Boitsfort, qui avaient reçu l’autorisation de Charles Quint de se servir de bois, car il avait été accueilli par de pauvres gens de l’endroit alors qu’il s’était perdu dans la forêt).

Le site de Trois Fontaines devint propriété privée, servit de ferme, puis de logement de fonction pour un garde forestier, ensuite de salle d’exposition de 1973 jusqu’en 2000, époque durant laquelle j’avais pu admirer, à l’étage, une salle comprenant une cheminée à chapiteaux et entendu les doléances de l’association des Amis de la Forêt de Soignes réclamant, à juste titre, la rénovation de cette construction historique au cœur d’un exceptionnel patrimoine végétal. Depuis 2016, le Château de Trois Fontaines est en rénovation mais sa destination finale, au moment de réaliser le présent chapitre, n’était pas encore arrêtée : musée ? centre pédagogique ? espace culturel ? En attendant, il a été sauvé de la ruine et ne dépareille plus dans cet écrin de verdure qu’est le « poumon vert de Bruxelles ».

A voir aussi

Coup de coeur curiofamily.net

Retour haut de page

bling
it up