Métro Hankar

D’autres lieux…

À Auderghem, rendons-nous à la station de métro Hankar, chaussée de Wavre, pour y (re)voir l’immense fresque murale (600 m²) de Roger Somville (1923-2014), peintre et auteur, membre du Parti communiste belge et de la Loge Amitié Victor Bohet (Grand Orient de Belgique), un artiste qui, aujourd’hui encore, marque les esprits avec cette fresque intitulée « Notre temps » (1976) et, entre autres, celle exaltant la paix destinée au siège belge de… l’OTAN !

Avec l’autorisation de ses proches, il m’est permis de livrer quelques-unes de ses déclarations qui font davantage connaître la symbolique de son art : « Est-il possible de se prétendre novateur sans faire remuer dans la matière même de la peinture – selon ses spécificités et ses limites – ces questions essentielles dont dépend le sens donné à notre vie ?

(…) Nul ne répond au problème de l’anéantissement définitif que l’artiste en sa volonté de transfigurer l’ordre et le désordre des choses, assurant par l’imaginaire et les transpositions multiples une sorte de pérennité au quotidien qui se meurt chaque jour. Plus on peint, moins meurent les femmes et les hommes. »

« Ce qui dure à jamais, ce ne sont ni les dieux ni les maîtres, mais la passion de femmes en femmes, d’hommes en hommes, de rendre le monde plus vivable aux femmes et aux hommes… Malgré les échecs, parfois grâce à eux. 

(…) Le ciel des hommes est riche d’une infinité de créations, le ciel des dieux est vide. Le peintre se contente de ce qu’il tente d’être. »

On peut, aussi, résumer son œuvre par cette double déclaration : « La création d’un art public exaltant la vie et le travail des hommes, leurs luttes, leurs souffrances, leurs joies, leurs victoires et leurs espoirs » est un « art à placer à la portée de tous, là où passent et vivent les hommes. »

 

A voir aussi

Coup de coeur

Retour haut de page

bling
it up